Le Syndicat Agricole 18 juillet 2013 à 14h36 | Par Le Syndicat Agricole

Apiculture - Sale temps pour les abeilles

Les apiculteurs voient leur récolte de miel de l’année compromise par une météo défavorable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le temps froid et pluvieux persistant a empêché les abeilles de sortir de leur ruche pour aller chercher du nectar et du pollen en quantité suffisante.
Le temps froid et pluvieux persistant a empêché les abeilles de sortir de leur ruche pour aller chercher du nectar et du pollen en quantité suffisante. - © C. Gloria
Le temps froid et pluvieux persistant a empêché les abeilles de sortir de leur ruche pour aller chercher du nectar et du pollen en quantité suffisante, chamboulant complètement la vie des colonies en plein développement.
« Pour maintenir les ruches en vie, il a fallu faire des apports de nourriture conséquents. C’est une période où les colonies sont très importantes en nombre d’abeilles, elles ont besoin d’apports nutritifs qu’elles puisent en temps normal dans leur environnement », explique Julien Delaunay, président de la Section apicole de la FNSEA. L’autre impact du mauvais temps concerne la partie élevage des exploitations, avec un taux de réussite de fécondation des reines très faible, ce qui va pénaliser sérieusement le renouvellement du cheptel.

Pas ou peu de miel de printemps
Sur l’ensemble du territoire national, les miels de colza, de châtaignier ou d’acacia sont déjà récoltés et les quantités sont faibles à nulles selon les zones. Et ceci, après une année 2012 au cours de laquelle les apiculteurs avaient déjà été mis en difficulté par une arrivée tardive du beau temps, réduisant d’autant les volumes de miel produit. Par contre, rien n’est encore joué sur les floraisons d’été. Un temps plus clément pourrait permettre de faire des récoltes de miel toutes fleurs et de tournesol, mais il sera difficile de rattraper ce début de saison désastreux. Or, une nouvelle baisse de la production française conduira de fait à une disparition du miel français des rayons de la distribution, laissant la place à des importations, avec le risque de voir les miels asiatiques et sud-américains rentrer encore plus massivement sur le marché européen. Pour les professionnels, la priorité est de trouver collectivement des solutions pour accompagner les exploitations apicoles mises en difficulté par ces conditions climatiques exceptionnelles, plus particulièrement les jeunes exploitants encore en phase d’investissement. À noter qu’un plan de l’apiculture durable avait été présenté par le ministre de l’Agriculture en février, les apiculteurs attendent désormais les résultats concrets.



Floraisons d’été : les abeilles butinent, protégeons-les !
Malgré les difficultés climatiques qui compliquent la tâche aussi bien pour les apiculteurs que les agriculteurs, la prise en compte des abeilles et autres pollinisateurs par les exploitants dans leurs pratiques phytosanitaires est primordiale. L’apiculteur doit informer les agriculteurs de l’installation de son rucher à proximité des parcelles. Échanger sur les itinéraires techniques prévisionnels, confronter les points de vue permet de prévenir les risques. Les butineuses prospectent dans un rayon de plusieurs kilomètres autour de la ruche pour rechercher l’eau, le pollen (apport de protéines) et le nectar indispensables au bon fonctionnement de la colonie. Pour éviter au maximum les accidents, les traitements nécessaires à une bonne protection des cultures doivent être réalisés avec un produit dont l’emploi est autorisé en période de floraison et en l’absence d’abeille. Dans la plaquette « Les abeilles butinent » (mise au point par l’AFPP, Itsap-Institut de l’abeille, Acta et ministère de l’Agriculture), à télécharger gratuitement sur les sites web de l’Itsap ou du Cetiom, il est recommandé de traiter le soir, de préférence après la tombée du jour, lorsque la plupart des butineuses sont rentrées à la ruche. Pour la profession, la protection des abeilles est indispensable car elles ont été malmenées ce printemps par la météo, et il est indispensable que la miellée d’été soit de qualité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui