Le Syndicat Agricole 24 juin 2016 à 09h00 | Par Le Syndicat Agricole

Accélérer le cycle de sélection pour être plus concurrentiel

Le 22 juin, Florimond Desprez a inauguré à Cappelle-en-Pévèle un complexe de haute technologie SSD qui doit lui permettre de développer son activité en céréales à paille.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Température, luminosité, atmosphère, irrigation, fertilisation : la serre permet une gestion très fine de tous ces paramètres pour conduire la croissance des plantes de manière optimale. © DR Le complexe SSD comprend cette serre qui permet d’accélérer le cycle de sélection. © Florimond Desprez

Trois cycles végétatifs en 14 mois ! C’est le défi technique que doit permettre de relever le dernier investissement de la maison Florimond Desprez qui vise à renforcer son activité de création variétale en céréales à paille. La maison semencière de Cappelle-en-Pévèle vient en effet d’inaugurer un complexe de haute technologie, dit SSD.
Actuellement, le semencier déposent 5 ou 6 dossiers d’inscription de nouvelles variétés par an en céréales à paille en France. Avec son nouveau dispositif, l’entreprise ambitionne de multiplier ce chiffre par deux.

Un accélérateur de sélection variétale
La technique SSD est déjà connue et utilisée par bon nombre de concurrents de Florimond Desprez. Pour autant, le dispositif dans lequel le semencier nordiste a investi cinq millions d’euros se distingue par sa taille et ses innovations technologiques. « Grâce à des conditions de culture optimales, nous allons produire trois générations en 14 mois au lieu de 3 ans avec la méthode traditionnelle de multiplication au champ », se félicite Philippe Lonnet, directeur du laboratoire céréales et protéagineux. Le complexe SSD de Florimond Desprez permet d’accélérer au maximum le cycle de sélection au cours des premières années du programme (F1 à F3), afin de réduire le délai entre les croisements et l’inscription des variétés. Les plantes sont placées dans des conditions extrêmes (alternance de cycles hivernaux et estivaux, stress divers) pour qu’elles donnent des grains le plus rapidement possible. À l’issue de la deuxième génération, les sélectionneurs n’utilisent qu’un grain par plante pour semer la troisième génération d’où le nom de SSD (Single Seed Descent : sélection par filiation monograine). Le tout se fait en un temps record puisque les graines sont replantées immédiatement après avoir été prélevées sur les épis. La deuxième partie du cycle de sélection s’effectue de manière traditionnelle au champ (cf. schéma). Au total, la technique SSD devrait permettre de gagner 2 ans par rapport à un schéma classique de sélection, faisant passer le délai de 10 à 8 ans.
Les capacités de la serre favorisent la multiplication du nombre de lignées par croisements. Les volumes et la diversité génétique des pépinières, ce qui offre davantage de choix au sélectionneur pour lui permettre de trouver les nouvelles variétés de demain.

Gagner des parts de marchés
L’objectif du semencier est de produire plus de variétés pour répondre aux besoins du marché (rendements, tolérance aux maladies, teneur en protéines, précocité…). « Aujourd’hui, nous sommes limités pour répondre aux différentes demandes en raison d’un nombre trop faible de variétés candidates », avance François Desprez, président de la maison semencière. « Nous sommes dans un environnement très concurrentiel où tous les obtenteurs partent du même matériel génétique, il est donc important d‘avoir un temps d’avance pour sortir des nouvelles variétés avant les autres », ajoute François Desprez.
La technique SSD va être appliquée majoritairement sur le blé tendre mais aussi sur le blé dur et le triticale. Elle sera utilisée particulièrement pour le programme de sélection basé en France, mais également en Hongrie et bientôt en vue de développer des variétés en Russie. L’investissement de Florimond Desprez devrait se matérialiser dès 2022 par un plus grand nombre de candidats déposés à l’inscription en France et à l’international.

Virginie Charpenet

Zoom sur... Les innovations de la serre SSD

- Une couverture en double vitrage améliorant la régulation thermique et réduisant les consommations d’énergie l’hiver.
- Un verre diminuant les effets d’ombres portées sur les plantes et répartissant de manière plus homogène la lumière naturelle.
- Des locaux techniques accueillant des chaudières et des groupes froids très performants pour une régulation thermique très précise.
- Des systèmes d’ombrage extérieurs bloquant un tiers des rayons solaires et limitant de ce fait l’échauffement de la serre.
- Un système de « ferti-irrigation » par marée haute/marée basse permettant une grande homogénéité et un contrôle très précis de la fertilisation.
- Un pilotage centralisé par ordinateur facilitant et rendant la gestion de la serre beaucoup plus précise.

La maison Florimond Desprez en chiffres

- 938 salariés dans 16 pays.
- 230 M€ de chiffre d’affaires (CA).
- 15 % du CA et 35 % des effectifs consacrés à la recherche.
- 15 à 25 %, la part de marché du semencier pour les variétés de céréales à paille en France.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui