Le Syndicat Agricole 24 mars 2017 à 08h00 | Par Le syndicat agricole

5GE, une affaire de famille

Le transformateur cominois fournit en pommes de terre et légumes des grossistes, des restaurateurs et même des spécialistes de la restauration hors foyer, en France et en Belgique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Henri Leveugle aux côtés de sa fille, Estelle, gérante de la PME familiale depuis 2013 © DR Réceptions. Une fois réceptionnées, les pommes de terre sont calibrées et stockées dans des palox de 1000 à 1200 kg. © DR Pommes de terre. 5GE utilise généralement quatre à cinq variétés différentes de pommes de terre pour ses produits (principalement Artemis, Bintje, Monalisa, Melody et Challenger), voire plus les années diff © DR Epluchage. Les pommes de terre passent dans un éplucheur industriel capable d'éplucher environ 3t/h. © DR Le site est équipé d'un système de traitement des eaux utilisées lors du process d'épluchage. Une presse hydraulique récupère les fines pelures qui partent en méthanisation. © DR Economie circulaire. Certains producteurs sous contrat avec l'entreprise, qui sont aussi éleveurs, récupèrent les écarts de tri pour nourrir leurs animaux. © DR Tri et découpe. Une fois épluchés, les tubercules arrivent dans un trieur optique puis sont contrôlées visuellement avant d'être découpés. © DR  © DR Ensachage. Après découpe, les pommes de terre sont ensachées et mises sous vide. © DR Stockage. Les produits transformés sont stockés dans deux cellules réfrigérées pour être livrés le lendemain. © DR L'eau du process d'épluchage part ensuite dans un bassin  de décantation avant d’irriguer par canalisations souterraines une parcelle de saules attenantes. © DR

Installée depuis 1985 a Comines, la sociéte Cinq GE, specialisée dans le commerce et la transformation de la pomme de terre, poursuit son développement à l’ombre des « géants » implantés de l’autre côté de la frontière. Cinq Ge, pour « Cinquième Génération », a été créée il y a près de 40 ans par Henri, Christian et Jean-Marc Leveugle, reprenant l’activité familiale de négoce de pommes de terre débutée en 1850 par leur arrière-arrière-grand-père. « À l’époque, le métier de négociant en pommes de terre consistait surtout à livrer chez les commerçants des sacs de 50 kg achetés dans les fermes aux alentours, indique Henri Leveugle. Il a fallu s’adapter aux évolutions du marché de la pomme de terre ». Dans les années 1960, la petite entreprise familiale innove en lançant une gamme de pommes de terre épluchées crues prêtes à l’emploi pour les restaurateurs.

Une diversification progressive de la gamme de produits
Au fil des ans, Cinq Ge se spécialise dans la transformation de la pomme de terre : en grenailles, vapeurs, découpées en frites, lamelles, cubes, lunes, ou simplement en grosses épluchées, celles-ci sont conservées sous-vide, et prêtes à l’emploi pendant 10 jours. Dans les années 2000, sous l’impulsion d’Estelle Leveugle, la fille d’Henri devenue gérante de la société en 2013, la PME diversifie son offre et élargit sa gamme de produits en proposant des salades prêtes à l’emploi (en négoce) ; puis se lance dans la transformation de légumes frais (navets, céleris, carottes, oignons émincés, concombres), ainsi que dans le négoce de légumes surgelés ou pré-cuits. Aujourd’hui, la sociéte emploie une vingtaine de salariés et transforme 12 à 15 tonnes de légumes par jour (dont 70 % de pommes de terre), soit environ 4000 tonnes par an.

Les marchés de niche pour se distinguer de la concurrence
Pour ses pommes de terre ou ses légumes, l’entreprise privilégie (lorsque cela est possible) un approvisionnement local, « économiquement plus rentable ». « En pommes de terre, nous tra- vaillons avec une trentaine de producteurs sous contrat répartis dans tout le Nord-Pas de Calais, notamment dans les Flandres, le Cambrésis et le Sud Artois », précise Estelle Leveugle qui recon- naît néanmoins qu’il devient de plus en plus compliqué de résister à la concurrence des gros industriels transfrontaliers (Clarebout, McCain/Lutosa). « Nous avons perdu quelques producteurs au profit de ces derniers », confie- t-elle.

Sur le plan commercial, la carte de l’approvisionnement local est un argument de poids : « Nos clients y sont de plus en plus sensibles », souligne la gérante de Cinq GE qui fournit des grands noms de la restauration collective tels que Sodexo, Compass ou encore les Établissements Sobrie à Tourcoing. En plus d’être adhérente à Saveurs en’Or, la PME est aussi référencée sur le site Approlocal, la plateforme en ligne d’achats et ventes de produits locaux de la Chambre d’agriculture Nord- Pas de Calais, réservée aux professionnels. « Malgré quelques contraintes (gestion des tournées, réactivité, petits volumes), il s’agit d’un marche porteur qui nous intéresse, insiste Estelle Leveugle. Nous avons l’avantage de proposer plusieurs produits, ce qui nous permet d’amortir les coûts logistiques ».

L’autre marché de niche sur lequel Cinq GE entend tirer son épingle du jeu est celui du bio. Depuis 2008, la petite sociéte cominoise est certifiée par Ecocert pour le négoce et la trans- formation de produits issus de l’agriculture biologique. « La demande au départ n’était pas très développée mais on y croyait, assure Estelle Leveugle, qui est aussi trésorière de l’association
A pro bio. Aujourd’hui, cela évolue progressivement et le bio représente 5 % de nos volumes ». Là encore, Cinq Ge privilégie le local pour ses pommes de terre bio en s’approvisionnant dans les Hauts-de-France. « Le travail de sélection variétale porte ses fruits en termes de qualité, avec des nouvelles variétes mieux adaptées », souligne la gérante de Cinq GE.

Des investissements prévus pour préparer l’avenir
La PME, qui a déjà investi 500 000 ¤ depuis trois ans sur son site de Comines, compte poursuivre son développement : « Nous voulons continuer a étoffer notre gamme de produits avec des nouveautés qui demanderont à moyen terme des investissements importants (300 000 ¤), confie Estelle Leveugle. Il s’agit d’innover sur le plan du packaging, des usages et de nos process de fabrication avec une cuisson spécifique pour les pommes de terre et les autres légumes ».

MDS

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui