Le Syndicat Agricole 20 mai 2015 à 18h00 | Par Le syndicat agricole

25 ans de Fermes ouvertes : continuer à montrer la réalité des exploitations

Menée à l’initiative de la FNSEA, l’opération Fermes ouvertes a célébré cette année ses 25 ans .

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’objectif principal de cette opération est bien d’entamer un dialogue entre le monde agricole et les consommateurs de demain.
L’objectif principal de cette opération est bien d’entamer un dialogue entre le monde agricole et les consommateurs de demain. - © Julien Kauffmann

Depuis 25 ans, Fermes ouvertes permet à des agriculteurs de recevoir des classes d’enfants du CE2 au CM2 sur leur exploitation pour faire découvrir leur travail quotidien. Cette année, l’opération se déroule du 18 au 23 mai et mobilise 55 départements, dont la Marne où l’inauguration nationale s’est tenue le 19 mai, sur la ferme de Céline et Damien Martin-Prin à Braux-Saint-Rémy.

Pour l’exploitante qui participait pour la première fois à l’opération, il s’agit avant tout d’une « belle opportunité de parler de notre métier », en particulier aux petits citadins qui se montrent « plus étonnés et plus intéressés ». L’agricultrice s’avoue surprise de la méconnaissance et du vocabulaire utilisé par les enfants qui disent par exemple « traiter » au lieu de traire, et découvrent que le lait ne vient pas de la brique. Sur l’exploitation, plusieurs stands expliquent aux élèves différentes facettes du métier : élevage des ânes et produits réalisés à base de lait d’ânesse (bonbons, savonnettes…), culture du blé à ses différents stades, machines agricoles… Et si la visite ne suscite pas des vocations, les enfants sont tous ravis de cette journée, une bonne partie n’ayant jusqu’alors jamais mis les pieds dans une ferme. Pour que la découverte soit source de connaissance au-delà de la visite, le travail pédagogique est au cœur de l’opération : outre la préparation en amont avec les professeurs des écoles, un livre documentaire, un livret de l’élève et du matériel pédagogique sont à leur disposition. « Il faut un travail en classe avec l’enseignant, pour que ce ne soit pas juste une visite et puis plus rien », confirme l’inspecteur d’académie adjoint, présent à l’inauguration.

Jouer la transparence avec les consommateurs de demain

L’objectif principal de cette opération est bien d’entamer un dialogue entre le monde agricole et les consommateurs de demain. « Il est très important d’expliquer l’origine des produits alimentaires », commente Hervé Lapie, président de la FDSEA de la Marne, et ce d’autant plus que les agriculteurs ne représentent aujourd’hui que 2 à 3 % de la population active française. « On veut trop souvent montrer l’image du passé, d’une agriculture qui ne fait qu’entretenir le paysage », renchérit Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA et responsable de Fermes ouvertes, « or l’agriculture est actrice du territoire, en matière d’économie, d’environnement… ». Avec des métiers modernes qui ont évolué avec leur temps : on conduit aujourd’hui les tracteurs à l’aide de GPS ou de satellites, par exemple. Plus largement, « trois millions et demi d’emplois dépendent de la filière agricole et forestière, soit 15 % » rappelle Xavier Beulin, président de la FNSEA.

S’il y en a moins dans les exploitations agricoles, « les métiers se sont déplacés à l’intérieur de la filière », ajoute-t-il. Le secteur est d’autant plus porteur d’avenir que la population à nourrir va augmenter d’ici 2050, rappelle-t-il également, et que dans ce défi alimentaire, « la France a une carte à jouer ». Mais pour préparer l’avenir, il faut d’abord répondre aux problématiques du présent. Fermes ouvertes permet aussi de prendre en compte les interrogations que la société fait peser de plus en plus fortement sur les pratiques agricoles. « Il faut montrer pourquoi on intervient sur les cultures, comment on soigne nos animaux », explique Xavier Beulin. La transparence est donc indispensable, encore plus auprès des enfants qui pourront ensuite « expliquer auprès de leurs parents la réalité des fermes », espère Luc Smessaert.

Riche de 25 ans d’existence, l’opération entend bien continuer sur sa lancée et ambitionne de mobiliser encore plus de partenaires, encore plus de départements, et encore plus d’exploitants avec cet objectif toujours affiché par Luc Smessaert : 36 000 exploitations participantes, soit l’équivalent d’une ferme par village.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Syndicat Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le Syndicat Agricole
La couverture du journal Le Syndicat Agricole n°3704 | mars 2017

Dernier numéro
N° 3704 | mars 2017

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

25-08-2016 | Le Syndicat Agricole

FRGEDA

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui